La Compagnie des Gens
L'Histoire des Gens
C’est en 1989 qu’eut lieu le premier spectacle de ce qui deviendra par la suite, la Compagnie des Gens. "La Grande Peur, ils arrivent…" fut monté à l’initiative de la municipalité de Châtillon-sur-Seine pour la commémoration du bicentenaire de la Révolution Française. A la tête de ce projet artistique, Jacques Senelet, dramaturge, metteur en scène et comédien.
Cette aventure ne devait être qu’éphémère,… nous allions prendre la Bastille puis chacun repartirait chez soi.
C'était sans compter sur l’enthousiasme que suscita cet évènement chez les Châtillonnais, qu’ils en aient été acteurs ou simples spectateurs. Ainsi, le 19 février 1990 allait voir la naissance d’une nouvelle association : "A.C.T.E." (Association Châtillonnaise de Théâtre Estival).
Ses objectifs étaient multiples . Il fallait créer l’événement, la surprise, l’émotion artistique, combattre l’isolement, partager la fête des mots, des sens et de l’image avec le plus grand nombre, susciter dans un élan de fraternité la curiosité, la réflexion et le débat à travers la pratique théâtrale, œuvrer enfin pour que les "gens" se réapproprient l'idée d'un théâtre ouvert à tous. Telles ont été les ambitions premières de notre troupe qui, depuis ce jour, s'efforce de respecter ce double objectif de création artistique et de développement culturel local.
En 2002, une enquête très complète fut d’ailleurs réalisée par notre coordinatrice culturelle, analysant la composition du public de nos productions d'été. Les résultats de cette étude nous ont confortés dans l'idée que notre public est d'origine socioprofessionnelle très variée, et que si nous attirons des spectateurs de nombreux autres départements, la majorité d'entre eux vivent en Côte d'Or, et plus particulièrement dans le nord du département : notre objectif de partage avec la population locale semble donc atteint.
Au fil des années, de nouveaux défis furent à relever. Notamment celui de professionnaliser notre équipe et d’exporter nos productions au-delà des murs de la cité, voire de nos frontières. En 1991, création de "Jeu de Rôles ou l’Humeur Molière". Première tournée régionale puis internationale en 1993 avec les Alliances Française de Madras, Pondichéry, Ahmedabad, Delhi, Calcutta… et nouveau succès pour A.C.T.E.
Deux ans plus tard, la compagnie est chargée d’encadrer un atelier missionné de pratique théâtrale au sein du collège Fontaine des Ducs de Châtillon-sur-Seine. En 2001, les élèves du Lycée Désiré Nisard rejoignent cet atelier qui connaît tous les ans un franc succès auprès de la population locale, constituant ainsi un rendez-vous théâtral à part entière. Ces dernières années, ce type d'atelier à dépassé les frontières du Châtillonnais en s'exportant à Montbard et même Chenôve.
Certains jeunes ont d'ailleurs eu la chance d’aller jouer en Allemagne, au Robert Bosch Gymnasium de Wendlinger-am-Neckar en 1996, et dix ans plus tard, en Egypte à l’occasion du festival de théâtre scolaire international du Caire.
Entre temps, "A.C.T.E." était devenue "la Compagnie des Gens". Pourquoi la Compagnie des Gens ? Parce que, comme l’a très bien écrit notre présidente d'alors:
"Les gens, ce sont tous les acteurs de nos projets : artistes, techniciens ou administratifs, petits et grands, bénévoles ou professionnels, acharnés ou dilettantes, extravagants ou modérés qui, issus de tous les horizons unissent leur force pour permettre l’aboutissement de projets fous, fous, fous.
Les gens, ce sont tous ceux qui croient en nous, qui nous apportent les moyens d’exister, et que nous remercions ici, que ce soit les collectivités, ou nos nombreux, mais non moins irremplaçables, annonceurs.
Les gens, c’est notre public, complice de toutes nos exactions hivernales ou estivales, dont l’assiduité et la chaleur sont nos belles récompenses.
Les gens enfin, sont tous ces personnages qui nous habitent, ou que nous essayons d’habiter, et à qui nous nous efforçons de donner notre couleur, celle de la Compagnie des Gens."
En 2002, la Compagnie des Gens ira porter ses couleurs en Egypte sur l'invitation du Centre Français de Culture et de Coopération du Caire et du Lycée Français du Maadi. Cette première expérience fructueuse avec le public Egyptien ne sera pas sans lendemain puisque la compagnie sera invitée chaque année jusqu’en 2006, à y jouer ses productions professionnelles et à y encadrer des ateliers destinés aux enseignants locaux. Elle y reviendra en 2012, un an après la révolution, dans un climat de tension politique et de désertion des acteurs culturels étrangers.
L'acmé de ce partenariat, la co-production de "Doktor Baladi" d'après le "Médecin malgré lui" de Molière qui sera interprété par quatre comédiens Français et quatre comédiens Egyptiens recrutés pour l’occasion. Le 7 avril 2005, c’est le grand jour : le prestigieux Opéra du Caire accueille la Compagnie des Gens pour la première de ce nouveau spectacle qui sera également joué à Alexandrie et à Port-Saïd, puis en France, sur nos terres, en juillet.
Autre grand moment dans la vie de notre troupe: décembre 2002. Après plus de treize années de bons et loyaux services, nous allons enfin avoir un lieu à nous. La municipalité de Châtillon-sur-Seine met à notre disposition une ancienne salle de patronage sise dans l’écrin de verdure du parc Saint-Vorles et que nous aménagerons très rapidement en petit théâtre de cent places.
Onze ans plus tard, de grands travaux seront réalisés par la ville et la communauté de commune afin de créer la "Fabrique de Spectacle Kiki de Montparnasse". Elle aura à ses cotés la "Yourte Nicolas Gogol", structure architecturale d’une capacité de cent places, conçue et réalisée par la Compagnie en 2007.
Cette sédentarisation n'altérera pas l'originalité de la Compagnie des Gens. Ce sont désormais les concepts qui vont être mis en branle. Ainsi, après la Yourte et sa configuartion semi-circulaire, la Compagnie fera se déplacer les spectateurs dans trois espaces de jeu différents pour l'estival 2008; aura une ouverture type 16:9 sur le parc Saint-Vorles en 2009; emmènera tous le monde, chevaux compris, au manège historique de Saussy en 2011, jaillira du sol en 2012, et disposera son public de manière bi-frontale dans un intérieur très réaliste en 2013.
Notre voyage à Saussy n'est autre que le fruit du soutien du Centre Dramatique National du Théâtre Dijon Bourgogne avec qui nous coproduirons "À quoi rêvent les chevaux la nuit pour être si peureux le jour?" et qui sera présenté lors du festival Théâtre en Mai 2011. L’intérêt porté alors par cette structure à dimension nationale à la Compagnie des Gens, constituera pour nous une formidable reconnaissance de son travail.
La reconnaissance, nous la recevons également de la part des collectivités. Au fil des années, la municipalité de Châtillon-sur-Seine, la Communauté de Commune du Pays Châtillonnais, le Conseil Général de Côte d'Or et le Conseil Régional de Bourgogne nous apporteront leurs soutiens. Ces soutiens se voient renforcés en 2008 par la signature d’une convention triennale entre la Compagnie des Gens et le Conseil Régional, renouvelée en 2011.
Voici en quelques lignes l’histoire très peu exhaustive des vingt-cinq premières années de la Compagnie des Gens qui n’en a pas fini de vivre de palpitantes aventures.
Et le meilleur reste à venir…

© ACTE, La Compagnie des Gens / Ludovic Mathiot. Tous droits réservés. Mentions légales. Site optimisé pour une résolution de 1920 x 1080 sous Mozilla Firefox. Mise à jour: 19/10/2014.